A savoir sur le Myanmar

La première chose à savoir sur le Myanmar, c’est probablement son nom. Car oui, le pays ne s’appelle officiellement plus la Birmanie depuis 1989 ! De même , la capitale s’appelle aujourd’hui Yangon et non Rangoon, contrairement à ce que beaucoup croient.

Après cette petite intro de culture générale, voilà les VRAIES choses à savoir sur l’ex-Birmanie.

Comment voyager au Myanmar ?

Le Myanmar, frontalier avec la Thaïlande, est très facile à voyager, mais moins facile d’accès. Il n’y a pas de vols directs depuis l’Europe, le plus simple est d’y accéder via Bangkok. Comme la plupart des vols pour Yangon et Mandalay partent de Don Mueang (ancien aéroport de Bangkok) et que la plupart des vols européens arrivent à Suvarnabhumi (nouvel aéroport), il est parfois plus simple de s’arrêter pour une nuit à Bangkok pour être sûr de ne pas louper son transfert.

De même, le pays est encore peu accessible par voie routière, intégré à un plus grand voyage en Asie du Sud-Est. La connexion en bus Chiang Mai – Mandalay n’est pas encore établie. Il est possible de s’y rendre en bus venant du Nord de la Thaïlande, mais en comptant plusieurs changements et bien plus de temps de route que de simplement prendre un vol depuis Bangkok ou Chiang Mai.

A l’intérieur du pays, il est très facile de se déplacer d’un endroit à l’autre en bus, à condition de rester sur les voies touristiques, les liaisons routières étant nombreuses et bon marché.

Le pays n’a ouvert ses frontières il n’y a que 5 ans, le tourisme commence donc à se développer, mais il est encore temps de profiter de lieux magnifiques, sans les foules que l’on peut voir en Thaïlande par exemple. Cela rend aussi plus difficile de sortir des sentiers battus, certaines zones du pays étant encore très reculées, avec de nombreuses tribus non accommodées au monde occidental et des zones de conflit à éviter (le sud du pays est en conflit avec le flux d’immigration provenant du Bangladesh). Pour autant, les villes touristiques ont déjà beaucoup à offrir et suffisent largement pour un voyage de 2-3 semaines.

Les birmans sont généralement adorables et très honnêtes. A part au Lac Inle, bien plus touristique, où l’on sent bien plus la pression des vendeurs ambulants comme dans le reste de l’Asie, les locaux sont très avenants et l’on se sent en toute sécurité dans le pays. La plupart des voyageurs que j’y ai rencontrés/vus, voyageaient en couple, ou rarement en groupe d’amis. Je n’ai presque pas vu un seul voyageur solo. J’imagine que le pays étant plus « familial » que « fêtard » (il n’y a pas un seul club dans tout le pays), la destination n’est pas encore (je dis bien encore) à la mode pour les backpackers.

Tout çà pour dire, le pays se voyage très bien en couple, en famille ou en ami, mais n’hésitez pas à vous y rendre seul. Çà rendra le voyage d’autant plus intéressant, vous rencontrerez bien plus de locaux, et honnêtement, risquerez beaucoup moins d’ennuis que dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, il y a également la possibilité de voyager comme je l’ai fait, avec un groupe organisé. J’ai choisi la compagnie Stray Asia car je les connaissais pour leur haute réputation en Nouvelle-Zélande. Les tours sont spécialisés dans le voyage aventure, avec la possibilité de s’arrêter à n’importe quel moment pour prendre le bus suivant quelques jours plus tard, offrant une grande flexibilité et permettant de faire des rencontres garanties sur la route. La moyenne d’âge est généralement 25-30, et de mon expérience, très similaires d’esprits. Plus d’info sur leur site: www.straytravel.asia

Obtenir un visa :

Il est désormais possible d’obtenir son visa en ligne. C’est très simple, il suffit de se rendre sur le site officiel du gouvernement (http://evisa.moip.gov.mm/) et de suivre les indications. Il vous faudra une version numérisée de votre photo d’identité (aux bonnes normes) et cela vous coûtera une cinquantaine de dollars. J’ai reçu mon visa par email en 2-3 jours.

Il vous faudra imprimer le papier avec toutes vos informations, ainsi que les noter quelque part par précaution. J’ai personnellement mal épelé mon nom, et suis quand même rentrée sans problème.

La rumeur dit qu’il est moins cher de le faire soi-même directement à l’ambassade dans Bangkok, mais je n’ai personnellement même pas essayé car il m’aurait fallu plusieurs jours sur place pour avoir le temps de le faire et je ne pense pas que cela vaille le coup (il me semble que cela coûte aux alentours de 30 dollars).

L’argent au Myanmar :

La monnaie officielle est le Kyat, mais le dollar américain est accepté presque partout. Attention, en utilisant des dollars sur un marché, vous finirez probablement par payer bien plus que le prix que vous payerez en kyat, le dollar offrant moins de possibilité de change.

J’ai personnellement utilisé uniquement des kyats, en retirant dans des distributeurs tous les 3-4 jours ? Les distributeurs sont relativement faciles à trouver. En cas de doute, renseignez-vous à l’avance si la ville où vous vous rendez en dispose mais j’en ai personnellement trouvé partout, sauf bien sur en trek dans les villages locaux. Pour autant, le dollar peut s’avérer pratique, sachant que le kyat n’est pas revendable dans les bureaux de change, même en Asie. Si vous n’êtes pas sûr de maîtriser votre budget, il peut être bien de garder des dollars sous la main pour la fin du séjour.

Pour référence, 1000 kyats revient à 0,70€.

Niveau budget, la vie au Myanmar est très bon marché, excepté pour le logement. Un repas reviendra entre 2000 et 8000 kyats par exemple. Les hôtels, bien que en très forte chute des prix depuis 2011 grâce à l’ouverture des frontières et l’augmentation de la compétition, restent plus chers que dans le reste de l’Asie du Sud-Est. Une nuit en auberge très basique reviendra de $10 à $30, en fonction des villes et de la saison. Les bus coûtent en général quelques dollars. Le pays dispose de nombreux bus de nuit, que je vous recommande pour économiser une nuit d’hôtel et du temps de route. En effet, les routes étant encore très rudimentaires, les temps de trajets peuvent être très longs par rapport à la distance. Il nous a pris une fois par exemple 8 heures pour faire 300 km à vol d’oiseau.

Les lieux à voir :

Je suis restés sur les chemins touristiques pendant 2 semaines, mais cela ne m’a pas pour le moindre dérangé, la notion de tourisme ici étant très faible par rapport aux pays voisins. Bien que de manière assez rapide, j’ai parcouru les principaux points d’intérêt, bien que si vous avez du temps, je suis sûre que vous pouvez faire bien plus de chose. Voici la liste des articles relatifs :

Quoi emmener ?

Je suis partie avec un sac cabine et mon petit sac à dos pour un total de 3 semaines, ce qui honnêtement m’a bien suffit. Voilà leur contenu :

Vêtements :

  • Pashmina (mon must voyage, qui me sert de tout : écharpe, jupe, serviette, oreiller,…)

  • 2 leggins

  • 2 shorts

  • 1 robe (qui ne m’a absolument pas servi)

  • 5 t-shirts

  • 1 gros pull (sur moi dans l’avion)

  • sous-vêtements (6-7 paires)

  • Maillot de bain (complètement optionnel car il est très rare de se baigner dans le pays)

  • 1 t-shirt manche longue

  • Pyjama (long)

  • Imperméable léger

  • Tongs

  • Chaussures de rando

Toiletterie : j’ai personnellement eu des serviettes, du savon et du shampoing dans tous les hôtels, il n’est donc pas nécessaire de s’embêter à prendre tout son tralala

  • serviette en polyester (ne prend pas de place et sèche très vite)

  • crème solaire

  • Brosse à dents

  • Nécessaire de toilette (dépend de chacun : savon, shampoing, dentifrice, maquillage, démaquillant, crème hydratante, tampons, rasoirs, pince à épiler, coton, élastiques pour les cheveux… au choix)

  • Lingettes nettoyantes

  • Désinfectant pour les main

  • Papier toilette (bien qu’il y en est en général dans les hôtels, il est toujours pratique d’avoir un rouleau dans son sac au cas où)

Médical :

  • mini kit de survie (pansements, désinfectant,…)

  • Anti-moustique

  • Médicaments (outre les médicaments personnels, certains voyageurs prennent de la malarone dans des zones telles que le Myanmar)

  • Lentilles pour les bigleux comme moi

Électronique :

  • Appareil photo + chargeur + extra cartes SD

  • Téléphone + chargeur (mon téléphone m’a énormément servi grâce à l’application maps.me, fournissant des carte hors ligne très précise et se servant du GPS du téléphone pour vous guider dans les endroits les plus perdus). Il est possible d’acheter une carte SIM pour quelques dollars et avoir ainsi de la data, qui marche bien mieux que le wifi local.

  • Écouteurs

  • Adaptateur (les prises birmanes sont les mêmes qu’en France)

  • Liseuse (la liseuse est très pratique pour éviter de transporter des livres. Vous pouvez également acheter vos guides en version e-book)

  • Chargeur de poche USB

  • Optionnel : double-prise, transformant une prise en deux, car il y en a souvent peu dans les chambres d’hôtel et il peut parfois être pratique de recharger son téléphone et son appareil photo en m^me temps)

  • Optionnel : tablette (le wifi n’est franchement pas terrible partout dans le pays, je vous conseille de vous limiter à votre téléphone qui suffira largement)

Pratique :

  • Papiers (photocopie des papiers d’identité, visa, assurance, réservations, billets d’avions etc etc)

  • Passeport

  • Une photo d’identité (au cas où)

  • Carte bleue

  • Carnet + stylo

  • Guide touristique

  • Cadenas

  • Lunettes de soleil / de vue

  • Quelques sacs plastiques (je m’en sers tout le temps, pour le linge sale, pou faire poubelle, pour emballer des souvenirs,…)

  • Poche secrète banane légère à mettre sous ses vêtements (j’y mets en général passeport, carte bleue et cartes SD, avec un petit peu d’argent)

La météo :

Les températures varient beaucoup entre les villes. En Novembre, début de l’été dans cette région, Yangon était insupportable tellement il y faisait chaud, tandis que les soirées dans les montagnes de la région de Shan se faisaient franchement très fraîche. Il est donc important d’emportant au moins un gros pull et de quoi couvrir ses jambes.

La gastronomie :

Pour ceux qui ont l’estomac fragile, je conseillerai toujours de commencer doucement et de ne pas attaquer directement dans les mets inconnus des marchés locaux, pour éviter de se ruiner le voyage en passant les 3 premiers jours sur le trône. Je me donne généralement un ou deux repas à essayer des plats « peu risqués » avec du riz par exemple, avant de me lancer complètement. Pour autant, j’ai la chance de ne jamais tomber malade, et je ne lésine pas sur les boissons avec glaçons et plats à aspect douteux.

Pour l’eau, pas de souci à se faire, tout le monde boit de l’eau en bouteille, même es locaux, ils l’utilisent souvent pour cuisiner sur les marchés et dans les boissons.

Autrement, régalez-vous ! La gastronomie birmane est un mélange de nourriture Thaï, Chinoise et Indienne, tout en ayant aussi ses propres spécialités, comme la salade de feuille de thé. Bien que non réputé pour sa gastronomie, les options sont nombreuses pour varier dans les saveurs. Je n’ai pas trouvé la nourriture forcément très épicée (tant mieux pour moi), mais en tout cas plein de saveur. Pour ce qui est des repas occidentaux, il sera plus difficile d’en trouver et honnêtement pas terribles du tout.

Pour les allergies et les exigences alimentaires, j’ai voyagé avec des végétariens allergiques aux bananes, lait et œufs, et ils s’en sont sortis. Il n’est pas toujours facile de communiquer, surtout si vous avez un régime très spécifique, mais dans l’ensemble, vous survivrez.

La culture :

La culture birmane est un peu différente que ce que vous pouvez voir dans les pays voisins. Certaines choses peuvent être surprenantes en arrivant, comme le maquillage local, le Tenaka, porté par les femmes et les enfants, une sorte de pâte jaune disposée en tout genre de forme géométriques sur le visage des locaux.

Plus surprenant, vous verrez de nombreux locaux avec des dents qui semblent être couvertes de sang lorsqu’ils vous sourient et cracher un liquide de la même couleur et consistance. Non, ce n’est pas du sang, mais de la noix de bétel, qu’ils chiquent comme du tabac avant de cracher par terre, de couleur sang.

Pour la tenue vestimentaire, bien que certains endroits sont plus ouverts d’esprit, il est conseillé d’avoir toujours sur soi de quoi se couvrir. Bizarrement, il est plus accepté de sortir les jambes ou bras dénudés en soirée que en journée. Les locaux portent tous des longhis, une longue jupe de tissu, portée par hommes, femmes et enfants, partout. Tous les temples demandent bien sur de se couvrir et bannissent les « spaghetti blouses », ou les tops sans manches. Il vous faudra aussi retirer vos chaussure pour rentrer dans toutes pagodes, je vous conseille donc vivement d’avoir toujours des tongs sur vous (au Myanmar, on visite généralement de nombreuses pagodes tous les jours, il peut donc vite être fatiguant de lacer et délacer ses chaussure)!

Il est possible de faire une lessive dans tous les hôtels, en général pour le lendemain, et le plus souvent au prix à la pièce.

Les locaux sont extrêmement religieux, la plupart bouddhiste, il est donc important de regarder bien autour de soi et d’essayer de respecter au mieux les coutumes locales.

Je pense avoir fait le tour des sujets les plus important, mais n’hésitez pas à me laisser un commentaire sinon !

Profitez bien du voyage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :