Bagan – suite

Pour explorer Bagan proprement, deux options sont courantes : la mobilette ou le vélo. Le besoin d’exercice accompagné de ma maladresse légendaire me font opter pour le vélo. Les vélos se louent à tous les coins de rue et ne coûte que 1500 kyats la journée (~1€).

DSCN6308-2

La moitié de notre groupe partons donc en route pour aller voir quelques pagodes (encore des pagodes!). On décide vite d’ignorer les rues routières et de se perdre dans les sentiers battus. Pour se perdre, oui on s’est perdu ! Enfin presque, si on avait pas eu la super app qu’est maps.me (je recommende vivement pour tout voyage, des cartes hors ligne marchant avec le GPS et disponibles vraiment partout – la preuve, çà nous a sorti du milieu des champs en Birmanie!).

DSCN6320-2

Ce que j’avais sous-estimé, c’est la force du soleil. Après 45 minutes à pédaler sous le soleil (encore matinal) dans des chemins sans la moindre petite ombre, je sens que si je ne trouve pas un chapeau vite je vais m’écrouler. Je passe donc le reste de la journée avec mon écharpe en guise de turban et la classe internationale.

DSCN6321-2Les deux premières heures, on s’arrête à presque toutes les pagodes sur notre chemin, avant de se rendre compte qu’il nous faudrait au moins un an pour toutes les explorer ! Sur la deuxième partie de journée, on décide donc de choisir plus soigneusement, en ne visitant que celles qui nous tapent le plus à l’oeil. Et y a de quoi faire, des blanches, des rouges, des petites, des grandes,… Les plus grandes ont en général des vendeurs ambulants sur le devant. Ici, ils vendent beaucoup d’art, dont les peintures de sable. Ce que je ne savais pas à ce moment là, c’est que l’art de Bagan ne se trouve qu’à Bagan ! Je m’achète une peinture et décide d’en acheter plus tard dans mon voyage pour ramener aux proches. Belle erreur, je serai la seule à finir avec ma peinture de sable, désolée la famille !

DSCN6338

Dans l’ensemble, Bagan, c’est un peu un mélange entre Ayutthaya en Thaïlande et Angkor Wat au Cambodge, des temples à n’en plus finir ! La balade à vélo est super jolie, on croise très très peu de touristes (il y a tellement de pagodes que personne ne choisi les mêmes), mais quelques locaux et leur buffalos.

Après plusieurs heures de vélo, on s’arrête pour un déjeuner tardif dans le vieux Bagan, qui fut autrefois le centre de la ville, mais qui a depuis été déplacé. Si seulement je pouvais retrouver le nom du restaurant auquel on aura mangé ce midi-là, je le recommenderais vivement aux futurs visiteurs, car j’y ai bu le meilleur jus d’avocat de ma vie – qui a dit que j’avais une obsession pour les avocats.

Pour finir la journée, on rejoint le reste de notre groupe pour s’aventurer sur l’autre rive de Bagan et admirer la vue sur la ville depuis la coline d’en face. Pour $15 le bateau pour 5 et $17 la jeep, des locaux nDSCN6328-2ous font traverser le fleuve et nous emmène jusque une pagode dominant toute la ville. La jeep met bien 30-40 minutes à nous emmener depuis le fleuve, où l’on croise de nombreux locaux (encore, aucun touristes) nous faisaint tous des signes de la main et rougissant quand on leur répond.

Une fois toute en haut, on peuDSCN6337-2t vraiment voir toute la ville de Bagan et l’étendue du fleuve tout autour. Impressionnant ! On y traîne un peu avant de repartir pour le coucher de soleil, que l’on voit depuis notre petit bateau.

Le soleil se couchant bien vite, on finit le trajet à vélo avec nos torches au bord de la route. Quiconque ayant témoigné du trafic asiatique comprendra la peur endurée pendant ces dernières 15 minutes de pédalage.

Le soir on dine dans un restaurant local, le Mingalabar (bonjour en birman). Le personnel ne parle pas un mot d’anglais bien entendu, mais ce n’est pas un problème , il nous suffit de désigner ce que l’on veut. Du moins, pas un problème pour quelqu’un qui sait ce que c’est de ne pas parler anglais car certaines personnes anglophones autour de moi ne font absolument aucun effort et ne comprennent pas pourquoi le serveur ne comprend pas ce que « unjusdavocatsanssucreavecseulementunetouchedeglacemaisseulementsiellevientpasdurobinet » est. Non, çà ne marchera pas mieux la deuxième fois, on repassera.

Le lendemain, une longue journée de bus nous attend pour rejoindre le village tout mignon de Kalaw.

Pour plus d’info sur Stray Asia: http://www.straytravel.asia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :