Guinness et leprechaun

En attendant les premiers articles sur la vie à Londres (il serait temps), voilà des nouvelles de ma dernière escapade: l’Irlande!

À l’occasion de la Saint Patrick, fête de la Guinness et des leprechauns, je suis allée faire un petit tour avec des amis entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Pour ceux qui se demanderaient, les leprechauns, c’est des petits bonshommes verts se baladant via des arcs-en-ciel pour chercher des marmites d’or. Bienvenue en Irlande!

Pour nos quelques premiers jours, nous nous sommes promenés à la frontière entre Nord et République, dans les alentours de Londonderry, une petite ville pleine d’histoire. Notre ami local a joué son rôle de guide à la perfection en nous expliquant l’histoire de la ville, au milieu du conflit protestant. Ici, on peut voir partout des trottoirs ou des panneaux marqués de bandes de peinture bleu blanc rouge par les Protestants pour affirmer leur présence dans ces parties de la ville. Un petit air de Bloody Sunday, vous me direz. La ville est aussi super mignonne, entourée d’une muraille de château nous permettant de faire le tour avec une vue plongeante sur Londonderry.

Dans le Nord, on en profitera aussi pour visiter deux points très touristiques de la région: Carrick-a-Rede Rope Bridge et le Giant Causeway. Le premier est une belle surprise. Comme son nom l’indique, c’est un petit pont de corde construit par des pêcheurs pour relier la falaise à un petit îlot leur permettant de pêcher plus facilement les saumons. Le soleil est au rendez-vous, la balade est top. Depuis la jetée, on peut même voir l’Écosse, toute proche de nous! Je fais moins ma maligne en traversant le pont d’à peine un mètre de large, remuant dans tous les sens à cause du vent et clairement trop haut pour survivre à la potentielle chute.
Le Giant Causeway (La Chaussée des Géants), tient son nom d’une vieille légende Irlandaise (l’histoire de l’Irlande est très centrée sur des légendes, ce qui donne beaucoup de charme au pays): deux géants, un d’Irlande et un d’Écosse s’opposant. Le géant d’Écosse créa la chaussée pour rejoindre l’Irlande et affronter son ennemi. Le géant d’Irlande, plus petit de taille ruse en se faisant passer pour un bébé pour faire fuir le géant d’Écosse, croyant du coup à un père de taille gigantesque. L’histoire est facile à imager et se rendant sur la chaussée, le sol formé de colonnes de pierres presque parfaitement hexagonales, de hauteur différente. En vrai, cela s’est formé via une activité volcanique mais l’effet est là, difficile de croire que l’homme n’a rien à voir dans la formation de cette jetée!

Après quelques jours à profiter de la nature Irlandaise, il est temps de partir pour la civilisation. Après quelques heures de route, nous voilà à Dublin, le jour de la Saint Patrick! Qui dit fête nationale dit célébration en grande pompe. Plus on avance dans la ville, plus on remarque de chapeaux verts. Arrivés à notre hôtel, on se presse pour se rendre en centre-ville ou la parade a déjà commencé. On comprend vite que pour voir la parade, il faut arriver bien tôt. La foule à dejà pris la place, on ne peut que jeter un oeil de loin. On voit quand même passer des choses en tous genres, du canard en plastique géant (?) au leprechaun survolant la foule sur son trampoline. Clairement, les Irlandais ont une culture très forte et aiment la célébrer. Bébés et chiens sont parés de chapeaux, drapeaux Irlandais et barbe rousse. La journée, on voit beaucoup de familles et très peu de Guinness à notre grande surprise. Le soir, c’est une autre histoire. On se rend dans le quartier de Temple Bar, réputé pour ses nombreux bars, bien entendu. On s’y essaiera à la supposée meilleure Guinness du monde. Et bien, meilleure du monde ou non, il faudra m’expliquer pourquoi s’infliger la torture de la Guinness. Un goût de café froid mélangé à de la bière un lendemain de fête, de quoi vous retourner l’estomac pour la semaine! Sinon, l’ambiance est là, on ne peut pas faire deux pas en moins de 10 minutes tellement il y a foule dans les bars, la rue est une déchetterie publique. On profite d’un concert live nous faisant des versions rock des classiques Disney, certes, on repassera pour la musique Irlandaise mais on rigole bien quand même.

Le lendemain, on profite du soleil (et oui encore! Qui a dit qu’il pleuvait en Irlande?) pour se balader en ville quelques heures avant de se rendre à l’aéroport. Dublin, c’est tout petit, il n’y a pas des milliers de choses à faire mais sous le soleil, c’est plutôt agréable. Les rues, remplies la veille, se sont vidées, les trottoirs sont nettoyés, les hommes-statues, attirant la foule la veille, n’ont plus de public. Je soupçonne chaque passant de souffrir d’une gueule de bois carabinée.

En repartant pour Londres, je suis contente d’avoir enfin vu ce pays, si intriguant par sa culture et impressionnant par sa nature. Je ne reviendrais pas forcément à Dublin, mais je retournerais volontiers pour visiter Belfast et le sud du pays. Qui sait, je pourrais peut-être y trouver un petit pot d’or au pied d’un arc-en-ciel!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :