Oslo, Norvège

Hello la compagnie!

Ca fait un petit moment que je n’ai pas posté mais il est temps d’écrire un petit article pour prouver que je n’ai pas laissé tomber le voyage. Pour ceux qui ont suivi, après un an et une semaine de voyage, un petit mois et demi rentrée à Paris, je suis partie m’installer à Londres pour une nouvelle aventure impliquant le bon vieux métro-boulot-dodo.

Mais comme le voyage est une drogue, il ne m’a pas fallu longtemps pour booker mon prochain vol! Grâce à Drungli, le super site conseillé par une chère lectrice et amie (big up, elle se reconnaîtra), j’ai trouvé un aller-retour ultra bradé pour… Oslo, en Norvège! Bon il fallait bien un vol bradé car pour le reste… Oslo est une des villes les plus chères au monde (la plus chère l’année dernière, détronée par Singapour cette année il me semble, pour la petite parenthèse culture G).

Cerise sur le gâteau, j’avais trouvé un sponsor qui m’offrait le logement contre un article. Monsieur ayant arrêté de répondre à la dernière minute en me mettant dans une sitauation des plus inconvenantes (réserver une chambre à Oslo de dernière minute, mon salaire y passerait), je ne ferais pas sa pub. Bouuuuh!

C’était donc l’occasion de m’essayer à une nouvelle expérience, bien que très réputée, que je n’ai jamais tenté: le couch-surfing. Ou comment dormir sur le canapé d’un total inconnu gratuitement. Petite sélection rapide sur le site: femme (ouuuh discrimination), de 20 à 30 ans de préférence. Coup de bol, 3 jours avant mon vol, une des deux seules personnes contactée me répond en m’offrant de dormir non sur son canapé mais sur son sol pour être exacte. Et même de venir me chercher à la gare! Au top!

Donc tout çà nous amène à ce samedi 31 Mai, départ à 5h du matin (ouch) direction Oslo. Forcément, un vol bradé çà arrive pas en centre-ville et Ryanair n’étant pas les rois du service, j’arrive finalement dans le centre ville à 13h30, heure locale. Et oui çà fait long. Qu’en retenir? Ne jamais booker l’aérobus de Ryanair, prendre la navette directement sur place.

Après des pieds et des mains pour trouver mon hôte, je retrouve une jeune fille brésilienne, toute timide mais très gentille, qui m’accueille bras ouvert et m’emmène chez elle, à côté de l’université de Blindern, pour que j’y dépose mes affaires. Donc pour deux nuits, je dormirai à même le sol avec un sac de couchage prêté et un oreiller. Pas des plus conforts mais j’ai fait pire!

Le premier jour, mon hôte m’emmène gentiment en centre-ville pour une petite visite guidée. Je découvre alors une ville incroyablement relaxante: de grands espaces verts, des locaux dormant sur les pelouses un peu partout, pas un bruit, à croire qu’il n’y a pas de voiture, les gens se promènent à vélo.

Petit passage par les rues principales et un arrêt chez H&M pour acheter un short, car vous savez quoi? J’imaginais partir dans une ville où il faisait -10° toute l’année donc je n’ai pris qu’un jean avec moi. Sauf que non, en été, Oslo c’est 30° de 4h du matin jusqu’à 11h du soir, il ne fait jamais nuit! Mission accomplie, on fait le grand tour du centre: Palais Royal et son immense jardin, Théâtre National, le port et ses bateaux aux influences vikings (j’adore), un château en plein centre-ville et l’Opéra. En parlant d’Opéra, la ville me fait un peu penser à Sydney avec ses grands jardins/parcs, grand soleil, gens tous blonds, bronzés, sportifs et son Opéra en bord de mer.

Le deuxième jour, je pars seule en vadrouille. Descente improvisée du tram en terrain inconnu, j’erre dans la ville direction Bogdoy et le Vigeland Park, lieu le plus visité en ville pour son parc de « sculptures ». Dans le parc déjà magnifique en lui-même, la partie « sculpturale » vaut le détour: des statues de partout représentant hommes, femmes et enfants nus, bourrées de réalisme et de représentations qui ne laissent pas indifférent. Des hommes et femmes se battant en duel, d’autres se débattant d’une autre façon, des bébés s’acharnant sur des adultes,… à voir!

Je décide ensuite de me perdre (pour le coup littéralement) jusque la péninsule de Bygdoy, une partie que l’on rejoint généralement par bateau depuis le centre. Cette partie de la ville est surtout connue pour ses musées: le musée polaire, le musée des bateaux vikings, le musée Kon-Tiki,… en gros, la plupart à propos de la culture maritime de la Norvège. Sans le sou et savourant le soleil, je passe mon tour sur les musées et profite juste d’une ballade en forêt allant jusqu’à me perdre et finir sur une des plages les plus fréquentée de la ville.

Pour retourner en centre-ville, je décide de prendre le ferry, me disant que çà fera un petit trajet sympa. 7€ pour à peine 5 minutes dans un bateau sans intérêt, honnêtement çà ne vaut pas le coup, à part pour éviter la marche à pieds (il m’aura bien fallut 2h30 de marche pour y arriver – mais probablement 1 heure pour quelqu’un avec le sens de l’orientation). Fatiguée de la marche et pleine d’ampoules aux pieds, je m’accorde une pause dans… un restaurant. Ou du moins un pub en extérieur, un restaurant gastronomique si on en croit les prix. 20€ pour un plat de pâtes, autant vous dire que je l’ai savouré!

Le reste de la journée je me ballade dans Grunerlokka, le quartier étudiant plein de bars et restaurants (j’en ai personnellement finit avec tout repas hors supermarché dans Oslo) et longe la rivière Akerselva qui divise la ville entre Est (les riches) et Ouest (les moins riches, comme dans toutes les villes). Je peux vous dire que à même le sol ou non, j’ai fait le tour du cadran après tout çà.

Dernier matin, que le temps passe vite, je pars en exploration des alentours d’Oslo, dont je tombe totalement amoureuse. Sur le conseil de Isla, ma couch-hotesse, je me rends à un lac, à peine 5 minutes à pieds de chez elle, où les étudiants se rendent souvent pour des barbecues improvisés. Moi qui m’attend à un petit lac de banlieue, je me retrouve face à un lac immense, en plein milieu d’une forêt digne d’un paysage canadien. En pleine nature, à 20 minutes du centre-ville, et pas qu’un peu! Je lis plus tard que c’est en fait le début de la forêt Nordmaka, qui abrite ours, loups et même lynx! En plus, une rando de 2 heures à travers la forêt me rendrait à mon prochain et dernier point de la ville. Malheureusement, je suis un peu courte en terme de délai pour çà mais je le recommanderai vivement! Pas d’ours pour moi, à mon grand malheur (ou pas?), je profite de la vue sur les canards à la place, avant de repartir pour ma dernière destination, Frognerseteren (à vos souhaits).

Accessible très facilement depuis le centre ville, direct en métro, Frog… (ne me faîtes pas le réécrire) se trouve au somment d’une montagne, une autre extrémité de la forêt Nordmaka. D’ici, on admire Oslo dans toute sa hauteur, vue sur lacs, mer, ville, tout! Je m’offre un deuxième et dernier « restaurant », tout aussi cher que le premier mais juste pour dire que j’ai essayé les spécialités locales: du saumon et du gâteau aux pommes. Pour être honnête, aucun ne m’a transcendé mais peut-être que je suis mal tombée. En tout cas, çà me gêne moins de payer ce prix là pour la vue qui va avec.

Un peu déçue de ne pas avoir pu explorer un peu plus la partie forêt, je repars pour perpète les oies ou mon avion doit me ramener à Londres.

J’aurai eu très peu de contacts avec des locaux, pas forcément les plus chaleureux sans pour autant être désagréable, à part pour les nombreux monsieurs/SDF/illuminés voulant m’offrir des verres (je me suis sentie à la maison). En terme de budget, pour vous donner une idée, je m’en serai sortie pour un aller-retour en avion de 50€, une navette de l’aéroport à Oslo (1 heure de trajet) aller retour pour 35-40€, 48 heures de transport pour 20€ et des repas en restauration en moyenne pour 20€. Gloups. Je recommande de vider le duty-free en arrivant (d’ailleurs c’est rigolo, à l’arrivée, tout le monde se rue dessus), d’acheter à manger dans les super-marchés, et de profiter au plus des activités extérieures n’impliquant pas de frais (du moins en été) et qui ne manque pas d’intérêt. Sinon, un Oslo Pass existe pour une trentaine d’euros à la journée, donnant les transports gratuits ainsi que l’accès à de nombreux musées.

Sinon, Oslo c’est une super jolie ville, relaxante au possible et idéale pour une escapade de deux-trois jours. Voyager seule là-bas n’est vraiment pas un problème, bien au contraire, c’est l’occasion de se ressourcer! Et puis, çà reste une ville un peu moins visitée que le reste de l’Europe, probablement pas pour longtemps.

Bref, un pays de plus de fait!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :