Indonésie – Bali, du spot touristique à l’ONG balinaise

8 décembre, température extérieure de 45 000 º celsius, me voilà arrivée à ma nouvelle et à priori dernière étape du voyage: le sol asiatique. Et quoi de plus normal après avoir bronzé en Nouvelle-Zélande, bronzé en Australie, d’égaliser le tout sur la très célèbre île de Bali, en Indonésie. Ici, je voyage avec Chloé initiatrice du projet Voyages Solidaires (dont je viens tout juste de reconstruire le site tout beau tout neuf alors allez voir ça! www.voyages-solidaires.org )

  • Kuta: en sortant de l’avion pour nous diriger vers notre première destination, Kuta, je découvre l’asie en plein dans ma face. Outre la température extérieure qui me donne l’impression que je vais me liquéfier sur place, voir même m’évaporer (il est 22h…), je suis prise d’assaut par la foule asiatique, les vendeurs ambulants, les lumières, restaurants, bars, magasins, tous encore ouverts, entassés dans les petites rues bruyantes et odorantes. Waw, à peine revenue d’une  Nouvelle-Zélande fraîche et désertique, le contraste est déroutant. Mais je découvre également le côté incontestablement génialissime du continent: les minis prix. Après presque un an à payer $30 pour une nuit en dortoir de 32, je passe ma première nuit pour $10 dans un petit hôtel tout mignon avec piscine de rêve et petit déjeuner. Et on me porte même ma valise! (Et oui, je voyage en Asie avec une valise, et c’est très bien!). Kuta, c’est donc le spot touristique par excellence, pour le surf et les fêtards. Ici, tous les vendeurs parlent anglais, on te propose un transport, un lit, un repas ou encore un massage des pieds 4 fois par minute, des Australiens alcolisés armés de planches de surf envahissent les rues, et si on demande à manger dans un bouibouite local, on nous regarde avec des grands yeux. On tente quand même l’expérience pour un de nos premiers repas, en s’ écartant des rues touristiques. Chloé, experte en la matière m’amène dans des endroits ou la moitié de mes connaissances refuseraient même de s’ assoir. La nourriture est présentée en vitrine, et ne fait franchement pas envie entre les poissons fris entiers et les oeufs couleur marronâtre. On en choisit un, mais ne parlant bien entendu pas un mot d’indonésien (c’est d’ailleurs à cette occasion qu’on apprendra nos premiers mots vitaux: « merci », « riz » et « poulet »), on choisit nos plats dans le hasard le plus total. Résultat: c’est très bon (même si je finis avec ce qui ressemble à du tofu, la loose), ça pique, et ça me coûte 60centimes. À refaire! Ne restant ici qu’une pleine journée, on se contente de se promener dans les infinis bazars balinais et, très important, profiter de notre première pédicure à moindre coût. Les rues sont pleines de petites fleurs sur le sol, offrandes pour les dieux hindous, contrastant l’aspect touristique du lieu. C’est également à cette occasion que je prend connaissance d’un point essentiel asiatique: la circulation. Si on a pas les coucougnettes d’y aller, il est possible de passer 30 minutes sans traverser la rue. Le code de la route? Pas sur que ça existe. D’ailleurs ici le permis ca s’achète. On se rendra cependant compte une fois sur l’ile de Java que finalement ici, le traffic c’est de la gnognotte. Affaire à suivre.
  • Jimbaran: Avant de partir pour le Nord-Est de l’île, on se fait une soirée de luxe en allant profiter d’un autre endroit touristique: la plage de Jimbaran. À une demie-heure de taxi de Kuta, on profite d’une plage somptueuse avec coucher de soleil et de nombreux restaurants de fruits de mer tout le long, digne d’un film romantique à souhait (après à peine deux jours, on nous a demandé plus d’une fois si on était en couple… pas sûre que ça aide). Ici, on y savourera un plateau de fruits de mer devant les vagues, repas le plus cher de notre séjour: 12 €.
  • Tulamben: Il nous faudra en tout un bon 5 heures de routes et 3 changements de bus pour atteindre la « grosse ville » de Tulamben, dans le Nord de Bali. Le voyage me permet de découvrir les somptueux paysages asiatiques entre route côtière, montagnes de verdure et étendues de rizières. Arrivées sur place, on découvre la fameuse grosse ville, qui se compose d’une rue principale et d’un supermarché. Le coin est en fait connu comme un des meilleurs spots de plongée du monde. Il nous est d’ailleurs presque impossible de trouver un hôtel sachant que nous ne faisons pas de plongée, les propriétaires gardant les chambres pour des potentiels plongeurs prenant un tour avec eux. Bizarement, ici tout est écrit en francais car il semblerait que 90% du tourisme (tout en relativisant le fait que le coin reste tres peu fréquenté) vient de notre chère nation pour plonger dans les eaux paradisiaques de Tulamben. On restera en tout 3-4 jours ici, pour permettre a Chloé de passer du temps avec une ONG locale du village voisin (cf Tianyar). Tout le temps passé dans la ville (la ville? Que dis-je, c’est un village! Un lieu-dit, une péninsule!), on se contentera de manger pour moins de 1,50 euros de savoureux plats locaux (qui m’auront pas du tout rendu malade hein) et d’explorer nous aussi les eaux claires de Bali armées de masques et tubas. On aura d’ailleurs l’occasion de voir l’épave d’un bateau echoue a quelques dizaines de mètres du rivage, une experience incroyable! Une fois passé ma sharkophobie compulsive, tenue par la main par Chloé, on nagera avec des poissons énormes a deux centimètres de notre visage (même pas peur), et des milliers de mini poissons multicolores en partant à la découverte de ce mini Titanic, tel Tintin (ou Dora l’exploratrice en fonction du niveau de référence). Le tout parait irréel, mon seul regret est de ne toujours pas avoir vu ma tortue sauvage, mais pas de panique, la recherche continue.
  • Tianyar: Tianyar est donc le village voisin, pardon, la rue voisine, ou l’on se rend presque quotidiennement depuis Tulamben, chevauchant nos taxis-scooter, les cheveux au vent (ce n’est plus pour me couper les cheveux que je vais chez le coiffeur depuis, mais pour me les démêler). Bref, ici, on rend visite a Yayasan, une association proposant aux enfants locaux des cours d’anglais après leur école normale. Les cours sont donnés par des volontaires et Chloé est ici pour filmer son documentaire sur le sujet. À notre première arrivée, on est surprises par l’accueil en fanfare des enfants, visiblement toujours ravis de voir de nouvelles têtes. Heureux de pratiquer leurs cours d’anglais, ils viennent tous un par un nous serrer la main: « hello what’s your name? My name is nomarallongequejesuisincapabledeprononcer. Nice to meet you ». Vu le nombre d’enfants, ca nous prend pas mal de temps chaque matin, le double pour moi, devant répéter mon prenom 5 fois pour chaque (merci les parents pour ce nom super non internachionaul). Le premier jour, on partage un moment privilégié avec quelques uns des enfants, en allant nager avec eux (toutes habillées, le coin étant très religieux). On assistera les autres jours aux classes, aux jeux, ou même aux aurevoirs de certains volontaires, très attachés aux enfants. Pour plus d’infos sur l’association, le programme, le volontariat, je vous redirige vers le site des Voyages Solidaires, en cours de rédaction d’articles sur le sujet.

La semaines passant a vitesse grand V, preuve que l’on apprecie, on aura malheureusement pas le temps de faire les passages touristiques obligés de Bali comme Ubud ou les Gili Islands. Nous voilà déjà reparties pour le sud, ou l’on s’envole pour l’imposante île de Java.

Publicités

3 commentaires sur “Indonésie – Bali, du spot touristique à l’ONG balinaise

Ajouter un commentaire

  1. Oh L’indonésie .. on m’en a raconté des choses magnifiques la-bas, je voulais aller a Bali d’ailleurs … ( j’ai plein de congés… et il fait moche ici … faudrait que j’en fasse quelquechose T_T)

    Ps : ton lien est mal redirigé je crois

      1. Joyeux noel!! Les liens sont corriges merci 🙂 si tu as l’occasion fais l’indonesie mais il y a tellement d’iles autre quz bali que c est frustrant de ne faire qu’une mini partie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :