Queenstown – épisode 1

Flying Kiwi, jour 16. Réveil à Queenstown, la boule au ventre. Je l’ai dit précédemment, Queenstown, c’est la ville la plus réputée en ce qui concerne une spécialité nationnale: le sport extrême. Et aujourd’hui, je passe à la casserole. Alors non, je n’ai pas choisi le saut à l’élastique (invention néo-zélandaise), bien que le plus haut du monde soit ici (certains l’ont fait, j’ai été malade rien qu’à voir la vidéo), mais la version bien plus originale: le canyon swing.

Le Canyon Swing, une activité qu’on ne peut que faire à Queenstown, ou en tout cas le plus haut du monde, c’est dans ce cas se jeter d’une falaise de 109m pour une première chute libre de 60m suivi d’un arc de 200m de long en travers d’un canyon. Jusqu’au jour J je piétinnais d’impatience d’y passer. Le matin même c’est une autre histoire. On est 4 du groupe à le faire. Première étape, il faut décider du saut que l’on veut faire. En effet, contrairement au bungy (saut à l’élastique), ici on peut sauter comme on veut. Les plus communs sont en avant, en arrière, dans une chaise, depuis un toboggan,… Mais en soit tou est possible. On voit des photos de gens sautant à vélo, à kayak (oui oui), déguisés, à plusieurs, les yeux bandés,…

Impossible de choisir car terrorisée à ce niveau là, je laisse les autres passer devant moi. La première y va en chaise. Les deux moniteurs s’ amusent à lui faire peur en feintant de la pousser ou de lacher la chaise quelques fois, elle hurle, comment dire que ça me rassure pas. Elle finit par se laisser tomber en arrière toute seule j’en ai des frissons. La deuxième, une militaire habituée des sensations fortes décide de tomber en arrière, même blagues des moniteurs, je la vois avoir peur, mon échelle de terrorisation en prend un autre coup. Elle finit quand même par se lancer d’elle-même. Le troisième décide également d’y aller par l’arrière et se jete directement, même pas peur! Mon tour arrive, je me mets à trembler je ne peux même pas regarder en bas. Ils me forcent quand même, pour bien sur, me faire également la feinte de me pousser. Il ne m’en faut pas plus pour me mettre à pleurer. Je choisi de me jeter en arrière également pour pouvoir prendre ma caméra avec moi et avoir le magnifique film ci-dessous. Problème: je suis paniquée, en pleurs, impossible d’imaginer me lancer toute seule. Je demande s’ ils peuvent me pousser, ils me disent que c’est interdit. Je dois alors me mettre au bord, tenue par la corde, je hurle que je ne peux pas le faire. Le moniteur, qui en rigole bien entendu (j’ai le droit à une énième blague sur le fait que les français finissent toujours par se rendre), me demande de reculer dans le vide pour voir comment la corde me tient. Mon cerveau ne marche plus et se contente de hurler « I can’t do it, I can’t do it, I can’t do it » quand en plein milieu de se feinte, le moniteur… me lâche dans le vide tout simplement! Les 3 secondes les plus longues de ma vie, je met du temps à comprendre que non seulement il m’a menti en me disant qu’il n’avait pas le droit de me pousser mais surtout… qu’il venait de le faire!

La chute libre est suivi d’un swing dans le canyon, ou je réalise enfin ce qu’il se passe me met à rire, à insulter le moniteur de tous les noms et apprécier la vue. Au final, l’expérience est à la fois la pire et meilleure minute de ma vie. Une autre blague pour la route, au moment de me remonter, je refuse de lâcher la corde, ils me laissent là, à 109m de hauteur, accrochée dans le vide, suppliant qu’on vienne me chercher.

Une fois remontée, il me faut quand même du temps pour me remettre de mes émotions, les autres font un deuxième saut (le deuxième ne coûte que $30), mais impossible pour moi d’y retourner tout de suite. Tout ce qui compte à ce moment là, c’est que je l’ai fait!

Je passe le reste de la journée à essayer de m’en remettre, garde la visite de la ville pour le lendemain et on célèbre tous le soir l’ouverture d’un week-end de folie en pratiquant un barathon en centre ville.

 

Publicités

2 commentaires sur “Queenstown – épisode 1

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :