Kaikoura

Flying Kiwi, jour 9. Premier réveil dans le sud. On part de Picton sous un grand soleil prometteur pour se rendre direction la très fameuse ville de Kaikoura. Ma journée aurait été déjà comblée si on n’avait fait que de la route. À gauche, un océan bleu caraïbe bordé de plage grise volcaniques, à droite, les montagnes enneigées,  on ne sait pas où donner de la tête.

À mi-chemin, regardant côté gauche, on aperçoit une otarie.  Puis deux. Puis une centaine! La côte est fourrée de massives otaries faisant les crêpes au soleil. On s’ arrête à une petite cascade où souvent il est possible de voir des bébés otaries, manque de bol, aujourd’hui n’est pas le jour. Petit jeu du jour, essayez de compter les otaries sur les photos!

Enfin arrivés à Kaikoura, on se divise entre les activités choisies. Certains vont observer les baleines et seront chanceux car verront de nombreuses baleines, orques et même un orque manger un dauphin! Je partagerai la vidéo même si je n’y étais pas. D’autres vont pour le kayak, j’opte pour un après-midi pêche en eaux profondes. Ayant lieu que tard dans l’après-midi, j’ai le temps de faire une randonnée sur la côte de Kaikoura. Si je ne l’étais pas déjà, je suis définitivement amoureuse du coin. En fin de promenade, je me retrouve sur un parking en bord de mer, quand j’entends une sorte d’aboiement. Je m’approche donc à la recherche d’une probable otarie dans l’eau mais fait chou blanc. Étrange. Je me contente donc d’observer l’horizon, dans ma minutebpoète quand je bute un énorme rocher à mes pieds. Sauf que le rocher se met à m’aboyer dessus. Une otarie de la taille d’un hippopotame juste à mes pieds et je ne l’avais même pas vu! Taupe level expert. Un conseil, ne vous approchez pas de trop près, curieuse comme je suis j’ai voulu la caresser, j’ai failli y perdre la,main! Pas tout à fait comme celle qui joue à la baballe au zoo mais toutes aussi rigolotes.

Fin de journée, il est temps de prendre le bateau pour aller pêcher. Equipement requis: bières. 20-25 minutes de bateau à moteur avec quelques arrêts pour installer des cages à homard sur la route, et nous voilà en plein océan, 120m d’eau sous nos pieds. On sort les cannes à pêche et commence à dérouler. Encore et encore. Oui, 120m c’est long. Par contre, une fois au fond, ça mord directement! Et là il fait rembobiner…. Je n’aurais jamais penser dire ça, mais la pêche, c’est physique! Au total, je pêche une dizaine de poissons rosés, un assez gros poisson qui ressemble à un poisson chat et…. apothéose de ma journée… un requin!!! Alors oui, comme dirait mon cher père, j’ai pêché une roussette mais version histoire de pêche je dirai qu’il était gros comme çà (avec mes bras écartés au mieux que je peux). Et puis après tout, c’est pas la taille qui compte… Sur le retour, on récupère les nombreux homards attrapés par les cages. Ou du moins les matelots s’ en occupent car la mer est si mouvementée, on est tous dans la cabine, la face verte. Finalement la bière, c’était peut-être pas une bonne idée… Les trois prochains jours on se régalera de filets, sashimis et homards à la cuillère, la vie dure quoi!

www.flyingkiwi.com

Publicités

5 commentaires sur “Kaikoura

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :